Préparer le terrain pour les systèmes d'intelligence
Charles Dugas Charles Dugas
12 avril 6 min

Préparer le terrain pour les systèmes d'intelligence

Entrevue : les systèmes d'intelligence artificielle dans l'industrie de l'assurance

Le mardi 16 avril 2019, Charles Dugas, Ph. D., directeur de l’IA en assurance chez Element AI, présentera le discours principal à l'assemblée générale 2019 du CSIO. En préparation à cette conférence intitulée IA : Préparer le terrain pour les systèmes d'intelligence, cette entrevue avec Charles donne un aperçu de la façon dont les compagnies d'assurance peuvent mieux aborder les possibilités de l'intelligence artificielle (IA) pour élaborer et mettre en œuvre une feuille de route stratégique leur permettant de tirer profit des capacités de l'intelligence artificielle dans leurs organisations.

Q : Le titre de votre présentation est Préparer le terrain pour les systèmes d'intelligence. Pouvez-vous expliquer ce titre?

Charles Dugas : Un système d'intelligence se situe entre les systèmes par lesquels les clients et les autres parties communiquent leurs informations (qu'on appelle « systèmes d'engagement ») et les systèmes qui collectent et stockent ces informations (qu'on appelle « systèmes de dossiers »). Les systèmes d'intelligence exploitent les capacités de l'intelligence artificielle pour traiter les informations entrantes afin d'étayer les décisions prises dans le contexte des différents rôles des divers services de l'entreprise.

Q : Que souhaitez-vous que les participants apprennent et retirent de cette conférence du CSIO de cette année?

CD :  Les assureurs ont divers systèmes de dossiers pour la souscription, les réclamations, la facturation, le système CRM, etc. La mise en place d'un système IA pour chacun de ces systèmes de dossiers individuels crée des silos d'IA à l'échelle de l'entreprise, ce qui devrait être évité de la même façon que nous évitons de créer des silos de données. Afin de fournir une aide à la décision qui tient compte d'un contexte riche, l'IA doit être connectée à ces multiples systèmes afin de pouvoir relier les points entre ce qui se passe dans divers secteurs de l'entreprise; et c'est l'essence même d'un système d'intelligence.

Q : Que pensez-vous de la façon dont l'industrie de l'assurance saisit les possibilités et l'adoption de l'IA, et de ce qui peut freiner l'industrie?

CD : Tout le monde a maintenant entendu parler de l'IA et la sensibilisation a atteint les dirigeants.  Les assureurs savent qu'ils doivent adopter l'IA, mais ils sont confrontés à la difficulté de passer des cas d'utilisation isolés à une approche holistique à la fois efficace et évolutive. De nombreuses mises en œuvre de l'IA nécessiteront une intervention humaine dans la boucle où l'IA interagit avec les employés et apprend d'eux. Ce mécanisme de boucle de rétroaction est un aspect non négligeable des logiciels d'IA et c'est là que les systèmes d'intelligence entrent en jeu.

Q : Quels sont les thèmes et les discussions que vous voyez abordés au CSIO?

CD : Le CSIO fait un travail important en définissant un langage de données commun pour l'industrie de l'assurance et, comme nous le savons, le coeur de l’IA concerne la compréhension des données.  Le fait d'avoir des normes de données comme celles fournies par le CSIO est un élément clé dans l'élaboration de modèles d'IA qui comprennent le langage de l'assurance et fournissent un moyen accéléré d'interopérabilité dans un environnement d'assurance.

Q : Comment la combinaison des normes de données et de l'IA aidera-t-elle les courtiers d'assurance à améliorer leur efficacité?

CD : Cela aidera à rationaliser certaines de leurs opérations et aidera leurs employés à prendre de meilleures décisions ou faire des recommandations plus pertinentes.

Q : On a l'impression que l'IA constituera une menace pour les emplois dans l'industrie de l'assurance et qu'elle pourrait entraîner une importante réduction de la main-d'œuvre. Qu'en dites-vous?

CD : C'est une préoccupation commune, mais je pense que l'IA entraînera une réduction de certaines tâches banales et répétitives, afin que les employés puissent se concentrer sur des tâches qui exigent une « touche humaine » et du jugement dans des situations complexes ou inhabituelles. Cela permettra aux entreprises de libérer leur main-d'œuvre afin qu'elle puisse consacrer plus de temps à fournir un meilleur service à la clientèle là où le besoin s'en fait le plus sentir.

Q : L'IA est-elle un luxe pour les grands assureurs et cabinets de courtage, ou est-il possible pour les petites entreprises de l’adopter aussi?

CD : Il est tout à fait possible pour les petits assureurs d'adopter l'IA,grâce à sa démocratisation par le biais de produits d'IA prêts à l'emploi qui allègent ou éliminent la dépendance à l'égard de l'expertise interne en IA. Les grandes entreprises disposant de leurs propres équipes scientifiques internes pourront personnaliser les modèles d'intelligence artificielle, mais la plupart des compagnies d’assurance pourront tout de même tirer de grands avantages de l'IA pour améliorer leur rapidité, leur précision et leur aide à la décision.

Assemblée générale et réception 2019 du CSIO

Date : mardi, 16 avril 2019

Heure : 13 h à 16 h

Lieu : Hôtel Shangri-La

188 University Avenue, Toronto

L’inscription est gratuite pour les membres du CSIO. Voir tous les détails de l’événement et RSVP ici.