Avantages de l’intelligence artificielle pour les travailleurs
Element AI Element AI
6 septembre 7 min

Avantages de l’intelligence artificielle pour les travailleurs

Si vous demandiez à la personne moyenne d’énumérer les avantages de l’intelligence artificielle (IA), il y a de fortes chances pour que « l’amélioration de la vie des travailleurs » ne figure pas très haut sur la liste. Le premier discours de l’IA tendait vers une dichotomie claire : que les entreprises, en particulier les grandes entreprises et les corporations, en profiteraient aux dépens des travailleurs, dont les emplois seraient remplacés par l’automatisation. Cette situation touche particulièrement les « travailleurs de première ligne », un groupe de travailleurs principalement axés sur le client, dont les emplois sont les plus menacés par l’automatisation.

Mais ceci n’est pas le cas. Certains rapports suggèrent même que l’IA créera plus d’emplois qu’elle n’en coupe. Plus important encore, elle a le potentiel d’améliorer considérablement les emplois existants, en augmentant la productivité, l’efficacité et en libérant du temps que les travailleurs peuvent consacrer à un travail plus valable et plus gratifiant. C’est toujours le cas, même si l’on considère les travailleurs de première ligne dont les emplois sont largement considérés comme étant les plus menacés par l’automatisation.

Ajouter de la valeur au travailleur

En 2013, une statistique du rapport « Future of Employment » (l’avenir de l’emploi) a été largement rapportée; 47 % des emplois étaient vulnérables à l’automatisation dans les 20 prochaines années. Certaines publications sont allées jusqu’à passer de « vulnérable » à « sera automatisé », dans ce qui est devenu depuis une leçon en nuances et en sémantique. En fait, le rapport indiquait clairement que les fonctions de 47 % des emplois avaient le potentiel d’être automatisées. Cela peut sembler une distinction mineure, mais le détail fait la différence entre un travail amélioré par l’automatisation et un remplacement complet. Mais comme on entend parfois, « un mensonge peut voyager à l’autre bout du monde alors que la vérité est en train de mettre ses chaussures »… et la nuance est complètement perdue. Depuis, la statistique est devenue symptomatique du genre de discours d’horreur qui entoure l’IA.

En réalité, l’IA est susceptible d’améliorer une grande majorité des emplois, en automatisant les tâches au cours de la journée de travail d’une personne. Prenons l’exemple du transport, un secteur considéré comme particulièrement vulnérable au chômage par l’automatisation. À Londres, les trains sans conducteur sont depuis quelques années une caractéristique courante des transports locaux. Les changements qui en ont résulté ont libéré le personnel pour qu’il se tourne vers des rôles plus managériaux et plus orientés vers le client en tant que « préposés au train ». Le personnel à bord de ces

trains se déplace autour du véhicule, surveille les passagers, vérifie les billets et actionne les portes – en plus d’être en mesure d’actionner manuellement les véhicules au besoin. Dans ce cas, la réalité s’opposait au récit populaire. L’IA offrait la possibilité de créer des rôles plus en contact direct avec le client.

Avantages prouvés de l’intelligence artificielle

Plus tôt cette année, une étude publiée par Forbes Insights et commandée par Microsoft a étudié un phénomène similaire. Ils voulaient prouver que l’IA était beaucoup plus susceptible d’automatiser des tâches individuelles au sein d’un travail que de les remplacer. Au cours de leur recherche, ils ont constaté que 79 % des travailleurs du savoir interrogés conviennent que l’IA et les technologies connexes ont un effet transformationnel sur les flux de travaux et les outils. De même, 84 % étaient d’accord pour dire que l’IA libérait les travailleurs du savoir pour les amener vers des activités plus créatives, intuitives et à pensée latérale. Une nette majorité des personnes interrogées considèrent que les avantages de l’IA incluent l’amélioration, plutôt que le remplacement de leurs tâches quotidiennes.

Prenons, par exemple, un travailleur des RH. Il y a beaucoup de tâches dans leur journée de travail qui sont mûres pour l’automatisation, y compris le classement des dépenses et l’intégration. Mais bien des tâches plus compliquées restent à accomplir une fois que ces tâches simples et relativement banales ont été automatisées. Il s’agit notamment de la détermination des besoins en personnel, du recrutement, de la surveillance du rendement, de la prévention de la discrimination, et bien plus encore. Tout cela peut bénéficier d’une plus grande disponibilité de la part du travailleur des RH.

En outre, l’étude Forbes Insights a énuméré une série d’avantages pour les travailleurs du savoir et les travailleurs de première ligne, dans toutes les industries professionnelles :

  • Collaboration plus efficace entre les équipes et les emplacements
  • Meilleure qualité de vie et satisfaction des employés
  • Plus de temps pour un travail ciblé et à valeur ajoutée
  • Communication plus fréquente et plus efficace des données et des idées à l’échelle de l’organisation

Améliorations concrètes

Dans les discussions sur l’intelligence artificielle, on signale rarement la possibilité de réaliser des gains d’efficacité minimes mais significatifs. Les discussions sur les industries ravagées et remplacées par des machines font les manchettes plus éclatantes que les conversations sur l’amélioration des processus, des flux de travail et des tâches quotidiennes répétitives. Mais c’est dans cette dernière que réside le véritable potentiel de changement productif.

Prenons l’exemple d’une grande entreprise mondiale de 8 500 travailleurs. L’étude Forbes Insights prévoyait que, sur une période de quatre ans, le potentiel d’économies dans une telle organisation serait de 36,6 millions de dollars. Bien sûr, ce n’est pas particulièrement intéressant; nous savons tous que l’IA promet d’importantes économies de coûts pour les grandes multinationales. Ce qui est fascinant, c’est la façon dont ces économies ont été réalisées, soit par le biais d’améliorations mineures, mais vitales, aux tâches quotidiennes des travailleurs du savoir. Cela comprenait des économies d’efficacité dans plusieurs domaines :

  • Analyse simplifiée des données
  • Présentations PowerPoint générées automatiquement
  • Recherche intelligente
  • Recommandations personnalisées et fondées sur des données
  • Des gains d’efficacité rendus possibles par des données sur le milieu de travail

Considérés ainsi, les avantages de l’IA pour le travailleur du savoir moyen sont suffisamment clairs pour que n’importe qui puisse les voir. L’idée que les emplois pourraient être remplacés par une rationalisation de l’analyse des données est, au mieux, ténue.

Comme toute technologie émergente, l’IA promet à la fois des possibilités et des défis. Si elles sont utilisées correctement, des améliorations peuvent être apportées des deux côtés de la médaille; tant pour le travailleur que pour l’organisation. C’est à chaque entreprise de décider comment elle entend en tirer le meilleur parti.